CBH - Groupe Le Carré

17 rue de la Rente Logerot
21160 Marsannay-la-Côte

Tel : 03 80 55 08 10

Fax :03 80 55 08 11

N° SIRET : 42230698500041

Voir l'itinéraire

Ouvert aujourd'hui de

CONTACTEZ L'AGENCE DE DIJON


AGENCE DE DIJON

La société CBH centre bourguignon de l’habitat, filiale du groupe le Carré, s’inscrit depuis 20 ans dans les domaines de la RENOVATION DE L’HABITAT.

Installée à Marsannay-la-Côte dans le département de la Côte-d’Or à proximité de Dijon, sa zone d’activité s’étend du haut Jura à Mâcon et Auxerre.
Ses équipes techniques spécialisées sont à même d’intervenir rapidement et sans surcoût en tous points de la région Bourgogne.

L’ISOLATION DANS VOTRE MAISON

Rénovation thermique globale de votre habitat après réalisation d’un diagnostic thermique par un professionnel, mise en œuvre de l’étanchéité à l’air et l’étanchéité à la vapeur d’eau, optimisation de la VMC système de ventilation, objectif BBC bâtiment basse consommation après rénovation.

  • L’isolation thermique des toitures

En neuf ou rénovation, procédé de surélévation ou de remplacement tout en conservant la couverture d’origine, sarking, panneaux de toiture, film réflecteur, isolant mince, isolation des rampants par l’intérieur avec membrane frein vapeurs.

  • L’isolation des combles

Soufflage de laine minérale isolée ou laine végétale naturelle biosourcée, laine de bois, ouate de cellulose.

  • L’isolation des murs

Par l’intérieur en neuf ou en rénovation avec dépose de l’ancien complexe ou contre cloison

  • L’isolation des sols

Dalles sous faces de dalles, garage, vides sanitaires, complexe collé chevillé

Certifications isolation

Nous sommes titulaires des qualifications QUALIBAT RGE dans les domaines de la rénovation énergétique, nos responsables techniques sont titulaires du FEEBAT économie global.

LA VENTILATION

Votre santé, votre confort et vos économies d’énergies sont aussi liés au renouvellement de l’air
dans votre maison.
La VMC ou ventilation mécanique contrôlée est souvent délaissée et sous-estimée lors d’un chantier de rénovation énergétique. Pourtant elle est la garantie nécessaire et obligatoire à la salubrité du logement
Le confinement rendu obligatoire par les normes d’isolation, étanchéité à l’air, étanchéité à la vapeur d’eau, menuiserie, rend certes l’habitation économique mais aussi impropre à l’occupation humaine. C’est pourquoi les maisons rénovées ou modernes sont équipées d’un poumon artificiel : la VMC. A Défaut, la migration de la vapeur d’eau émise par l’occupation humaine se fera au travers des parements et de l’isolation, créant des points de condensats et détruisant la capacité isolante du matériau tout en favorisant la prolifération de spores.

De plus le défaut de ventilation, rend l’atmosphère respirée pauvre en oxygène et riche en co2. L’ensemble des polluants ménagers n’est plus évacué, les particules fines non plus. Il est donc extrêmement important de réguler l’hygrométrie ainsi que la pollution à l’intérieur de la maison.

Différents systèmes sont envisageables en neuf ou rénovation :

  • La mC hygro B et aussi la VMC avec capteur de polluants, co2, particules fines, COV (easy home).
  • La ventilation double flux, par pièces ou par réseau aérolithique, raccordé à un puit canadien ou en toiture (domeo).
  • La ventilation par surpression, ventilation positive, avec capteur thermique maison humide ou gainage irréalisable (hélianthes) (pulsive ventilé)
  • La ventilation ponctuelle avec aérateur hygro régulé, pièce isolé, réseau gainage impossible.

 

Remontées capillaires, murs humides, humidité ascensionnelle

Il convient de déterminer au plus vite les causes de l’humidité dans une maison, elles peuvent être multiples et rendre l’occupation du bien impossible.

La condensation

Le volume intérieur d’une maison est en hiver plus chaud que l’extérieur. Du fait de cette différence de température, le volume chauffé contient plus d’humidité relative que l’air extérieur. Cet effet est accentué par la vie des occupants au sein de l’habitation, qui génère de la vapeur d’eau. En respirant, en cuisinant, en se lavant, cette vapeur d’eau va migrer avec l’air chaud, vers l’extérieur, cherchant à évacuer son énergie (chaleur) en s’équilibrant avec la température extérieure.
Cet air chaud va donc chercher des points de contact avec l’air extérieur, en rencontrant une surface à 11°, cet air chargé en calories et vapeur d’eau, va condenser sur la paroi froide (choc thermique) (pont thermique) et redevenir de l’eau sous forme liquide.
Ce phénomène est solutionnable en maitrisant la ventilation du logement VMC et si cela est nécessaire en déplaçant le pont thermique par adjonction d’isolants.

Remontées Capillaires

Les maisons anciennes qui n’étaient pas destinées à l’usage d’habitation, sont souvent sujettes à ce genre de phénomène osmotique.
L’eau contenu dans le sol, grâce à la pression atmosphérique, va remonter dans le matériau de construction par capillarité et s’évaporer progressivement.
Plus la maison est chauffée plus le cycle est accéléré, l’emploi de sels hygroscopiques vendus dans le commerce est prohibé car il accélère lui aussi le phénomène.

Cette migration de l’eau dans le mur s’accompagne de sels dissous, qui une fois l’eau évaporée vont rester dans la maçonnerie.
Il est déconseillé de doubler ou d’isoler les murs humides sous peine de voir le phénomène s’aggraver et s’amplifier.
La source d’humidité sous la maison est réputée intarissable, il est donc inutile d’entreprendre des travaux d’ordres esthétique.
De plus les sels contenus dans le mortier, fragilisent les liens de maçonnerie et rendent gélives le matériau de construction

Le traitement

Il est indispensable d’effectuer une coupure de capillarité, mais avant, il faut mettre à nue la maçonnerie extérieure et le parement intérieur afin de traiter les sels existants.
Apres piochage des revêtements sur une hauteur de 120 cm il faut créer une barrie horizontale de blocage en injectant une résine polymère dans le mur.
En 48 heures la barrière est efficace, l’eau ne remonte alors plus dans le mur. Il faut ensuite laisser sécher le mur pendant 6 à 12 mois et tester le mur avec une bombe a carbure. Si le test est réussi, il faudra traiter basse pression les sels présents avec un produit de cure, passivation.
A l’issu le propriétaire pourra réaliser les travaux esthétiques de parement du mur.

Voie d’eau

Une autre cause de l’humidité dans la maison est le passage d’eau, via une couverture défaillante, une fissuration traversante ou une fuite d’eau, les désordres engendrés sont de l’ordre de l’entretien réparation.

LA COUVERTURE ET LA CHARPENTE

Les matériaux utilisés pour couvrir une toiture ont évolué au fil des siècles. L’emploi de tuiles en terre cuite ou d’ardoises ou de pierres sont fonction de la région et de la disponibilité des matériaux.
Il en va de même pour la forme des tuiles ou la pente des toitures, elles reflètent l’architecture d’une région mais aussi les caractéristiques de son climat.
En fonction de l’exposition aux vents, de la fréquence des ondées, les anciens bâtisseurs, on définit des standards régionaux pour supporter le climat qui sont toujours d’actualité.
En effet lors d’une acquisition ou d’une rénovation, la première chose à vérifier est l’état de la couverture et de la charpente.
Inutile d’entreprendre des travaux de rénovation intérieur ou de façade si la couverture est en mauvais état, les sinistres de voie d’eau sont aussi destructeurs que l’incendie.
Un contrôle minutieux de la couverture et de la charpente est un réflexe indispensable avant n’importe quel coup de cœur.
A contrôler

La pente de toiture

A l’œil observer les bosses ou les creux que peut faire la couverture, un fléchissement est très mauvais signe. Il s’agit d’une pièce de bois cassée ou fléchie, due à la présence de xylophage ou d’humidité qui va créer une discontinuité dans l’emboitement des tuiles provoquant des voies d’eau. Une autre cause est une charpente inadaptée au poids de la couverture.

La tuile

Observer sa surface visible de l’extérieur et identifier des traces de pollution, de lichen ou de mousse, ou la présence de petit morceau de terre cuite dans les chéneaux.
La couverture est alors malade, l’émail de surcuisson est affaibli par l’érosion et permet au microorganisme de s’ancrer et d’affaiblir la tuile en cas de gel. Sa sous face, des traces de sels blancs, les minéraux liants que contient la tuile sont dissous par la pénétration d’eau de pluie, la tuile est poreuse et fragilisée, sensible aux variations de températures.
Les mortiers, utilisés en solin en rive ou en faitage, doivent être continues et propres. Les rajouts et bourrelets sont signes de réparation suite à sinistre. Il faut vérifier l’adhérence des mortiers avec le matériau de couverture.
Une fois le diagnostic réalisé, il est possible de déterminer si l’on peut prolonger la durée de vie de la couverture grâce à un traitement par reminéralisation ou s’il faut changer.

Les étapes de l’entretien :

  • LAVAGE
  • ASSAINISSEMENT
  • IMPERMEABILISATION

Le changement est beaucoup plus coûteux pour un matériau de couverture de moins bonne qualité, un entretien décennal par hydrofugation permet de prolonger quasiment indéfiniment la vie de votre toiture.

LA ZINGUERIE

La zinguerie représente les éléments d’écoulement et d’étanchéité qui doivent être sans sans corrosion, adhérents aux matériaux. A l’œil on peut déterminer une pose dans les règles de l’art d’une réparation malheureuse.
Tous les éléments sortants de l’ordinaire doivent être vérifiés, masticage, silicone, couverture de puits de lumière tuile à façon, utilisation de clous de fixation au lieu de pince, passage de toiture sont des signes peu encourageants.

LA CHARPENTE

Les matériaux de couverture reposent sur une charpente bien souvent en bois. Cette charpente doit reprendre le poids du matériau de couverture et assurer le chainage vertical.
On trouve des essences de bois plus ou moins durables en charpente, du châtaignier au sapin, des feuillus aux résineux…

Tous les bois n’ont pas la même durabilité et la même résistance, pourtant ils ont tous un ennemi commun, c’est le champignon, suite à une voie d’eau, ou une humidité persistante, un champignon peut advenir et modifier la résistance mécanique des pièces, provocant le cintrage de celle-ci et l’aggravation du phénomène par disjonction des matériaux de couverture.
Le champignon le plus redoutable est le mérule, par sa vitesse de propagation, par son appétit et sa résistance, tout bois ouvré à l’intérieur du bâtiment peut être irrémédiablement condamné.

Seul un traitement complet anti-mérule peut sauver l’édifice (doc)
Les insectes xylophages : le capricorne, ou hylotrupes bajulus, est commun à toute l’Europe. Il s’attaque au résineux, les dégâts peuvent être impressionnants à force de cycles de reproduction (doc).
Le termite, localisé dans les zones portuaires et les zones urbaines fortement peuplées, était circonscrit en France du fait du réchauffement climatique et des modes de transport. Il n’est pas rare de trouver des colonies éparpillées. Le termite est de loin, l’insecte le plus destructeur pour une construction. Il existe différentes solutions d’éradication qui sont des travaux lourds. Il reste plus avantageux de traiter préventivement ou d’effectuer une veille (piège à termite).
Dans tous les cas un contrôle régulier et une réaction rapide en cas d’infestation sont à même de résoudre le problème.
Les notaires et diagnostiqueurs sont maintenant prévenus que la suspicion de mérule ou de termite, entraîne une recherche approfondie, avant toute transaction immobilière, sous peine d’annulation de celle-ci.

LES ENERGIES RENOUVELABLES

Le Groupe le carré au travers de ses sociétés, œuvre depuis l’origine à l’offre globale qui consiste à fournir aux particuliers l’ensemble des prestations d’économie d’Energie.
Du travail sur l’enveloppe de l’habitation, toiture, mur, sous-sol, menuiserie, à la ventilation, le Groupe le Carré est capable de réduire la consommation énergétique globale de l’habitation, passant de maison énergivore 450 kW/M2 à du bbc rénovation.
Il est toutefois encore possible d’avoir des gains énergétiques qui viennent en déduction de la consommation :

La ventilation solaire Hélianthe

Le deuxième poste de déperdition dans la maison étant le renouvellement d’air, conscients des besoins croissants de la population de se protéger des polluants contenus dans une maison et maintenant dans l’atmosphère, nous avons développé avec notre partenaire industriel spécialiste du solaire, la première ventilation par surpression solaire. Cette technologie, est capable de supprimer le coût lié au renouvellement d’air, mais aussi d’apporter des gains thermiques qui viennent en déduction de votre consommation.
Le système en toiture est composé de panneaux thermiques, d’une puissance unitaire de 1000 w, qui sont raccordés à l’unité de ventilation. Ce rayon solaire vient alimenter votre habitation en air filtré, assaini et chargé en calorie.

Le Solaire en autoconsommation

C’est un marché très difficile à comprendre et à suivre du fait de l’implication constante de l’état.
Hautement subventionné, avec des règlements changeants et nébuleux, le solaire a souffert de l’implication politique.
Enfin, l’état se désengage de ce marché et laisse la possibilité aux acteurs du marché de le rendre pérenne.
Aujourd’hui le prix de vente des matériels à été divisé par 5, laissant aux entreprises sérieuses, la possibilité d’installer des systèmes d’autoconsommation à des prix qui permettent de produire son kW/H à un prix inférieur ou égal à celui du réseau.
Le but n’étant plus un gain d’investissement financier, mais de produire et consommer sa propre électricité chez soi.
L’orientation, n’est plus primordiale, elle doit prendre en compte les habitudes de vie des occupants, matin, midi et soir.
Pour cela on doit estimer le talon (consommation en veille de la maison) et dimensionner le générateur pour qu’il couvre 40% de la facture global de consommation.
Pour optimiser sa consommation face à sa production, il faut changer ses habitudes de vie et utiliser le potentiel solaire au maximum.

Nos services

  • assainissement-habitat-iconeAssainissement de l’habitat
  • couverture-zinguerie-iconeCouverture – Zinguerie
  • energie-renouvelable-iconeEnergie renouvelable
  • entretien-renovation-iconeEntretien et rénovation
  • facades-iconeFaçades
  • demoussage-impermeabilisation-toiture-iconeImperméabilisation de toitures
  • isolation-iconeIsolation
  • menuiserie-exterieure-iconeMenuiserie extérieure
  • performances-energetiques-iconePerformance énergétique
  • traitement-humidite-iconeTraitement contre l’humidité
  • traitement-des-bois-iconeTraitement des bois
  • ventilation-iconeVentilation

Avis client de l'Agence de Dijon - Groupe Le Carré